Mauvaises expériences au « Le Kirikou »

Tout ceci date du 14 février dernier. Jour de la Saint-Valentin, jour des amoureux et jour où malheureusement pour moi, et une excellente amie (Jr), par la force des choses, nous étions seuls. Il faut juste préciser que nous ne sommes en couple d’aucune façon et que le bût de cette sortie était sans de passer un bon moment ensemble et joignant l’utile à l’agréable, de découvrir un lieu.

Donc après quelques tractations, nous avons arrêté notre choix sur « Le Kirikou » dans le quartier de la Haie Vive. Le nom seul était une invitation à mon esprit. Quand en plus ils annoncent un buffet barbecue à volonté, le tout pour un prix raisonnable, là on s’est dit, pourquoi faire compliqué, quand on peut faire simple. On était pas loin, affamé, et il était presque l’heure annoncé (19h) sur l’invitation, on y va …

Donc, après quelques hésitations sur le chemin le plus court, nous y parvenons à 18h45. Le lieu me plaît. belle déco, ambiance simple et chaleureuse, le personnel nous reçoit avec empressement (sans doute, se méprenant sur nos liens, mais bon, on précise quand même qu’on n’est pas ensemble). Nous sommes invités à nous installer dans la salle. Je reconnais le visage de la barmaid. Je luis semble familier également sans qu’on arrive identifier avec certitude où et quand. On a le choix, nous sommes les premiers. Le choix est simple : Une table simple, sans cœurs, (on laisse pour des personnes vraiment en couple). On kiffe néanmoins le chocolat sur les tables. Je m’enquiers de la position de buffet et du statut des grillades en précisant qu’on avait faim (Première fois). Les diches sont vides et surtout, aucun fumet de grillade dans l’air ambiant. Néanmoins, on me rassure : C’est en cours et bientôt près. Et nous croyons …

La barmaid vient autour de 19h15, nous proposer sa carte. On choisit, elle nous sert (vraiment bon). Et on attend. A 19h25, à la faveur d’une apparition d’un serveur, je re-précise qu’on a vraiment faim, et qu’il serait honnête de nous apporter quelque chose, quelque soit cette chose pour nous aider à attendre. Dans le cas contraire, on pourrait aller chercher un en-cas et revenir. Le type part, pour vérification et promets revenir… Un ange passe, on finit nos verres en bavardant et en prenant des photos, un autre ange passe et soudain, mon estomac me rappelle douloureusement qu’il attend depuis assez longtemps et que là, il en a assez d’attendre (il est 19h45). Soit dit en passant, je suis sujet à des épisodes ulcéreux assez douloureux, et ce rappel n’annonçait rien de bon pour moi. J’appelle gentillement un dernier serveur et je lui demande le point de nos consommations et c’est là que tout part en sucette ..

Deux serveurs reviennent (sans la note) me demander si j’étais fâché. Je réponds que non pas encore, mais je voulais l’addition. Là le maître d’hôtel rapplique et me demande ce qui se passe. Je réponds assez courtoisement que cela fait une heure qu’on est arrivé. Qu’à l’exception de la carte des boissons, on n’avait rien eu comme menu proposé. Que visiblement, le barbecue n’était pas prêt de commencer et que moi, je ne pouvais plus attendre. La barmaid arrive alors en me demandant pourquoi je veux les quitter aussi vite. A ce moment, j’avais quatre ou cinq personnes autour de moi. Toutes ces personnes comprenant parfaitement français, mais ignorant totalement ma demande première. Là, je me fâche !!! Je me lève et je leur dis tout haut que je veux l’addition. Que c’était incroyable que depuis une heure, le seul truc que j’avais eu, c’était 33 cc de mélange de jus. Dans la dernière gargote de Ctn, j’aurais eu de l’arachide grillée et une bouteille d’eau pour attendre.

Et puis là, il y en a un qui me dit de me calmer. Je refuse net. Je dépose sur la table beaucoup plus que nécessaire pour couvrir les prix des jus et je me fraye un chemin au milieu d’une foule du personnel de salle qui semblait commencer à se rappeler qu’on était dans la salle. Jr me suis et dehors, alors que je réfléchis à la suite, le maître d’hôtel, se rappelle à mon esprit. Il veut que je me calme. Il ne peut pas me laisser partir ainsi. Il ne comprends pas ce qui s’est passé. J’ai oublié ce que j’ai dit, mais je sens que c’était très acerbe. Jr élève la voix et rappelle mon attention à l’objet de cette soirée : « Passer un bon moment ensemble ». Si cela n’était pas possible au Kirikou, alors, il ne servait à rien de perdre du temps. Et c’est ainsi qu’on s’est retrouver au « Terranga », pas loin où malgré l’affluence, j’ai été servi en 07 minutes chrono et où enfin, on a pu se remettre à rire.

Tout cela pour dire que les meilleures idées ne sont rien sans personnel formé et attentif. Voici un restaurant sympa, bien situé, joliment décoré, atypique, avec des tarifs plus que raisonnable, bref, un potentiel incroyable, qui vient de griller deux clients potentiels à cause d’un personnel inattentif. Et pourtant, on n’est pas compliqués en matière d’environnement Jr et moi. Mais « le Kirikou », je n’y retournerais qu’à reculons en freinant des quatre fers. C’est simplement un manque de professionnalisme total ce qui s’est passé.

Vraiment dommage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *